24 juin 2016

Cet été, partez avec "La douleur des sentiments" dédicacé

Le tirage au sort de l'été - le résultat


Chers amis, chers lecteurs, 

Vous avez été nombreux à participer au tirage au sort de l'été, et ça, ça fait bien plaisir ! 

Les hommes sont de plus en plus nombreux à s'inscrire et je suis suivie de plus en plus par quelques fans ! Il va falloir s'y habituer je crois :)

Mais ne perdons pas de temps et découvrons vite qui partira avec "La douleur des sentiments" dédicacé dans sa valise ! 
Je tiens à remercier ma fille Julia qui a joué le rôle de l'hôtesse à la perfection et qui a procédé au tirage au sort. Pour information, vous étiez 32 à participer. Le tirage au sort a eu lieu lundi 27 juin 2016 à 19h30.


 



FELICITATION A MARIANNE ROSE
qui recevra mon roman dédicacé ! 

Marianne Rose, je vous invite dès à présent à me faire parvenir l'adresse à laquelle vous souhaitez être livré. Pour ce faire, contactez moi via facebook, Twitter, par mail ou hangouts : sobookez@gmail.com.

Encore merci à toutes et à tous pour votre participation et je vous donne rendez-vous dans un mois pour un autre tirage au sort.  

Bonne semaine, 

sOnia

Et sinon...
Pour acheter le roman c'est
ICI

~~~~~~~~


Gagnez "La douleur des sentiments" dédicacé en participant au tirage au sort de l'été !

Chers amis, chers lecteurs, 

Pour fêter l'été, le soleil, la farniente et parce que nous avons bien mérité nos vacances, je souhaite vous faire plaisir  et comme il se doit !

J'ai décidé de vous faire gagner votre roman de l'été dédicacé en juillet et en août !

Imaginez vous, allongé(e) sur le sable chaud, l'air doux caressant votre peau légèrement halée. "La douleur des sentiments" rangé dans votre sac de plage n'attend que vous. Vous le sortez, vous demandant si Nina fera les bons choix. Si Gabriela avouera enfin à son ami qu'elle l'aime depuis toujours. Si Vincent trouvera le courage pour enfin avouer à celle à qui il ment depuis plusieurs semaines, qu'il n'est pas celui qu'elle pense être.

Alors cette scène peut-être aussi jouée assis sur un banc, dans une forêt, sur un bateau ou dans un parc. Attablé(e) à une terrasse, allongé(e) sur une chaise longue, dans les bras de votre amoureux ou amoureuse... à vous de voir !

Mais pour vivre ces scènes, il faut évidement participer ! Mais comment ? Découvrez vite....

Comment faire ?

Il vous suffit juste de mettre un petit commentaire sur cet article ou alors d'indiquer votre nom ou celui de blog si vous en avez un. Je prends en compte également les commentaires qui sont inscrits sur Gagnez "La douleur des sentiments" pour l'été de la page Facebook des chApitres de sOnia.

Quand ?

Les inscriptions commencent vendredi 24 juin 2016 à 09 heures et se terminent dimanche 26 juin juin 2016 à 21H00.

Le déroulement...

Le tirage au sort aura lieu dimanche 26 juin ou au plus tard le lundi 27 juin 2016.

Le résultat ?

Sera communiqué sur les réseaux sociaux (facebook, Twitter, Instagram & Hellocoton) et le blog dans la soirée du lundi 27 juin 2016.

L'heureux(e) gagnant(e) recevra "La douleur des sentiments" dédicacé en format poche dans la semaine. Je peux également vous le faire parvenir sur votre lieu de vacances à votre convenance !

Mesdames, un roman sentimental pour vibrer cet été,
Messieurs, offrez ce roman qui vous fera passer de très bons moments...

Bonne chance à toutes et à toutes et n'hésitez pas à partager et propager l'information autour de vous.
sOnia

Résumé de "La douleur des sentiments" :
ICI






23 juin 2016

"Murmures confidentiels" en compet' chez Short Edition !

Chers lecteurs,
Chers amis,

Murmures confidentiels a été sélectionnée par Short Edition pour participer au Grand Prix du Court Automne 2016 ! 

Vous devez simplement cliquez sur Je vote pour cette oeuvre et votre vote est pris en compte.

Vous avez jusqu’au 31 août 2016 pour voter et je saurais ensuite, si Murmures confidentiels est retenue pour aller en final !

Extrait : 

Je ne suis rien. Rien qu’une silhouette claire, ce soir-là, à la terrasse d’un café. Mon enveloppe charnelle va laisser place à cet être qui m’habite depuis des années et que je n’ai jamais véritablement quitté. Je repose le verre vide sur la table. Tu ne le sais peut-être pas, mais j’aime bien m’envoyer quelques verres de rhum blanc avant d’assurer ma métamorphose.
L’après-midi a été infernale. Il a fait horriblement chaud, j’ai même cru que le soleil n’allait jamais se coucher. Je jette ma cigarette sur le bitume encore chaud qui rejoint les autres mégots disséminés près d’une plaque d’égout. J’emprunte ensuite la petite porte-cochère qui mène au sous-sol. Il fait une chaleur écrasante dans ces foutues caves parisiennes. Les autres sont déjà là. Mike, dit Suzie la baroudeuse se poudre le nez. Celui qu’on appelle Miss Pétunia et qui pose ses prothèses mammaires me gueule encore dessus parce que je suis en retard. Je le rassure avant qu’il ne me fasse la morale. Je déteste ça !


L'histoire vous plait ? Alors cliquez pour voter ! 


Sonia

Lire aussi l'article sur Short Edition : ICI
Si vous écrivez et que vous souhaitez tenter votre chance, c'est ICI

22 juin 2016

Short édition, la lecture en 20mn chrono


Chers lecteurs,

Vous aimez attaquer votre journée avec une petite histoire croustillante ?
Encore une journée de grève dans les transport... vous attendez votre bus, métro ou train et avez envie de vous évader ?
Vous êtes en avance de 5 minutes avant votre rendez-vous avec une jeune et jolie jeune fille et avez une envie soudaine de discuter d'auteurs du 19ème avec elle ?
Vous êtes dans la salle d'attente de votre dentiste et souhaitez vous détendre 10 minutes avec une histoire qui fait grincer les dents avant de vous faire charcuter ?

Alors découvrez vite le site de Short Edition ! 


Quel est le principe ? 

Le Distributeur d'Histoires Courtes a été imaginé et crée par Short Edition. Il n’a pas d’écran et il offre, en mode aléatoire, sous forme de papyrus, des poèmes et des nouvelles - à lire d'un trait - en 1, 3 ou 5 minutes.
Ces histoires courtes sont écrites par des auteurs de la communauté de Short Edition.

Où peut-on trouver le distributeur d'histoires courtes ? 

On le retrouve d'ores et déjà dans les gares SNCF de Brest, Rennes, Bordeaux et Quimper, au centre commercial Italie Deux à Paris, dans certains magasins Gémo (dont Chambray-lès-Tours), dans un café branché du centre de Grenoble, Le Hasard...
Et pour sa première sortie hors de nos frontières, le Distributeur d'Histoires Courtes s'installe au Cafe Zoetrope - de Francis Ford Coppola - à San Francisco.

Quelles histoires trouver ? 

Short Edition, l'éditeur communautaire de la littérature courte et des nouveaux talents, met en ligne, diffuse et édite tout ce qui se lit d'un trait, en moins de 20 minutes : nouvelles, BD courtes, poèmes (de l'alexandrin au slam) et micro-nouvelles (nos Très très courts).

Sur quel support lire les histoires courtes ? 

Soit dans un premier temps en imprimant l'histoire directement via la borne, soit en lisant directement sur votre sur PC, tablette ou téléphone Androïd, Ipad et Iphone. Il suffit de sélectionner le temps que vous pouvez consacré à la lecture et le thème. 
Short Edition s'occupe du reste ! 

Alors, ça vous tente ? Essayez, vous verrez ! 

Retrouvez également les petites histoires courtes publiées par
Les chApitres de sOnia 






14 juin 2016

Sable d'encre - le site au service des écrivains

Chers lecteurs,
Chers écrivains,

J'aimerais vous présenter le site internet "Sable d'encre" créé en 2014 par Magalie.
Après avoir travaillé pendant 10 ans dans l'édition en région parisienne, elle plaque tout pour s'installer à son compte à La Rochelle. Aidée de Jayce son coker, Magalie met à disposition son expérience et ses compétences professionnelles pour réaliser (entre autre) vos futurs projets littéraires.

J'ai souhaité, par cette interview, en savoir plus sur son métier et ses prestations.
Magalie est une jeune femme disponible, engagée dans ce qu'elle fait et proche des gens qui font appel à ses services.

Mais sans plus attendre, découvrez vite qui se cache derrière Sable d'encre.

  

Le site Sable d'encre - prestations éditoriales

Magalie Guillaume, tu es la créatrice de Sable d’encre qui est une entreprise de prestations éditoriales. Comment t’est venue l’idée de te lancer dans cette aventure ? 
J’ai travaillé dans l’édition durant plus de dix ans en région parisienne, car c’est là que l’on trouve le plus facilement un emploi dans cette profession. En revenant vivre en province, je ne voulais pas renoncer à mon métier.
J’ai donc créé mon entreprise de prestations éditoriales en octobre 2014, lors de mon installation à La Rochelle. L’avantage de mon métier est que je peux le pratiquer à distance grâce à Internet. Je communique le plus souvent par mail ou par téléphone avec mes clients qui peuvent se trouver partout en France ou dans l’espace francophone.

Pourquoi mettre ton savoir au service des auteurs indépendants ? Une raison particulière ?
J’ai travaillé durant cinq ans comme éditrice chez JePublie et je dois avouer que, de toutes mes expériences professionnelles, ce fut la plus enrichissante et la plus épanouissante. En m’installant à mon compte, j’ai voulu revenir à un travail qui me permette un contact direct avec les auteurs tout en approfondissant la relation que j’entretenais avec eux.
Avec Sable d’encre, je propose un accompagnement plus complet, presque un travail d’agent littéraire : je retravaille les textes, les mises en page, mais j’aide également les auteurs à préparer leurs dossiers de soumission aux maisons d’édition ou à imprimer leur livre dans le cadre d’une autoédition.
J’aime le service aux particuliers car cela me permet de découvrir chaque fois des livres, des univers et des auteurs différents. Pour moi, cela est vraiment passionnant et je crois que cela offre aux auteurs un cadre rassurant, un espace de dialogue et d’écoute difficile à trouver en maison d’édition.

Quel genre d’accompagnement proposes-tu exactement et pourquoi faire appel à tes services ?
Je pense qu’il est important de faire appel à un professionnel pour l’édition d’un livre si on souhaite un résultat de qualité. Tout le monde ne peut s’improviser éditeur. Du fait de mon expérience, je peux proposer une gamme complète de services : relecture, correction, réécriture, mise en page, élaboration de couverture grâce à un partenariat avec un graphiste, réalisation de dossiers de soumission, ciblage des maisons d’édition, préparation pour l’impression… Tout est à la carte : l’auteur peut choisir uniquement les prestations dont il a besoin ou une formule complète.
Un des points les plus importants à l’heure actuelle reste la transparence des services : j’établis un devis qui correspond exactement à la facture que l’auteur aura à régler. Il n’y a pas de mauvaise surprise à l’arrivée et surtout pas de contrat abusif comme cela se voit dans certaines sociétés. Les auteurs restent propriétaires de leurs droits sur leur œuvre et je ne leur vends pas des prestations dont ils n’ont pas besoin.
Je pense que mon point fort réside dans l’écoute et l’accompagnement que j’offre aux auteurs. Ils apprécient de bénéficier d’un service sur mesure qui réponde à leurs attentes. Ils savent que nous allons prendre le temps de travailler le texte pour obtenir le meilleur résultat possible, qu’il s’agira d’un travail d’équipe où ils seront consultés pour la moindre décision.

Ton site n’est pas consacré uniquement aux auteurs de romans mais également aux professionnels qui souhaitent retravailler leurs documents. Quelles sont ces entreprises ? 
Les entreprises peuvent être de tous types.
Il y a bien entendu les maisons d’édition qui ont parfois besoin d’éditeurs free-lance pour relire et corriger des textes, vérifier des index, établir des bibliographies, pointer des épreuves, etc. Il y a également les entreprises de communication, les organes de presse, les institutions qui produisent beaucoup de documents écrits.
Mais aujourd’hui, toutes les entreprises ont plus ou moins besoin de faire appel à l’écrit pour un site web, une plaquette, un catalogue. Or, tous les chefs d’entreprise ne sont pas forcément à l’aise avec l’écrit et ces sociétés ne vont pas employer une personne à plein temps pour une relecture ponctuelle. Elles peuvent donc faire appel à mes services pour relire et corriger leurs documents ou les aider à les rédiger.
Jayce, son assistant de choc

Peux-tu nous présenter ton équipe ?
Je travaille seule, à domicile, avec mon petit cocker couché à mes pieds. C’est un assistant de choc !
Et le rapport avec les auteurs est très enrichissant, donc je dois dire que je ne me sens pas vraiment seule.

Comment se déroule une journée type ?
Pour le moment, il est difficile de répondre à cette question car le volume de travail reste très irrégulier, comme souvent pour une jeune entreprise. Je passe beaucoup de temps à travailler sur l’efficacité de mon site web qui reste à améliorer ou à mes actions de communication sur les réseaux sociaux. J’ai encore besoin de faire connaître mes activités avant de trouver un rythme de croisière.
En général, le matin, je réponds aux mails. Puis, en fonction des projets en cours, soit je travaille ma communication, j’écris un article pour le blog, soit je passe l’essentiel de ma journée à la lecture des livres qui me sont confiés.

Sur ton site, il y a également une partie blog que tu alimentes. Cette partie est plus dédiée à l’extra professionnel ?  à la partie « détente » de ton site ? 
En réalité, le blog est pour Sable d’encre une partie très importante du site. Il s’agit pour moi d’un outil de communication professionnel. Il permet aux visiteurs de mieux connaître mon activité, de trouver des conseils et de l’information sur le monde de l’édition, de découvrir des auteurs… Je n’aime pas du tout la publicité agressive et je ne suis pas du genre à inonder les boîtes mail des gens. Je préfère me faire connaître grâce à des articles instructifs diffusés sur ma page Facebook ou sur d’autres réseaux. Je trouve que c’est un moyen beaucoup plus agréable d’enclencher le dialogue et de faire en sorte qu’on se souvienne de moi positivement. Bien entendu, si cela est perçu comme un espace « de détente » sympa à visiter, cela me fait très plaisir !

Le site Sable d’encre : quelles différences avec les autres sites dédiés à l’auto édition type Librinova, Chapitre.com, Edilivre, etc.
Avec Sable d’encre, l’auteur entre en contact avec une interlocutrice unique qui consacrera beaucoup de temps à son projet, saura l’écouter, avec qui il pourra échanger et qui lui permettra de faire des choix qui n’appartiennent qu’à lui. Il s’agit d’une petite structure, contrairement à celles que vous citez, où le traitement des ouvrages se fait parfois un peu « à la chaîne » du fait du volume et où les auteurs n’ont pas toujours leur mot à dire.
Je pense que ces structures éditoriales conviennent bien à des auteurs déjà bien rôdés, qui estiment inutiles une relecture et la réalisation d’une couverture par un professionnel. Mais soyons réalistes, la plupart des écrivains amateurs ressentent le besoin d’être accompagnés dans leur projet et leurs démarches.
Par ailleurs, je trouve certaines de ces sociétés un peu mensongères, s’intitulant « maisons d’édition » alors qu’elles n’en sont pas ou prétendant éditer gratuitement des livres alors que chaque petit service personnalisé, la relecture par un professionnel ou la mise en forme seront en réalité facturés. Au moins, chez Sable d’encre, les choses sont claires dès le départ.

Parlons un peu de toi Magalie

Quelles sont tes lectures ? Tes romans préférés ? 
Je lis beaucoup de choses très différentes. J’apprécie autant un bon classique qu’un roman de science-fiction ou un thriller. Je bouquine des livres pratiques et adore les BD. Dernièrement, j’ai apprécié le Malefico de Donato Carrisi, le dernier Fred Vargas, et j’ai découvert Gilles Legardinier, tout en lisant des ouvrages sur l’équitation et la rénovation de maisons ! Et je suis fan de Jane Austen…

Et l’écriture dans tout ça... As-tu déjà écrit ? As-tu des projets d’écriture ?
Depuis gamine, j’ai toujours écrit. Cela reste un plaisir personnel que je partage très peu. J’ai à mon actif un roman terminé qui dort dans mes tiroirs et un en cours depuis… dix ans ! Il me semble que cette activité, même confidentielle, me procure un avantage dans mon métier : cela me permet de comprendre les inquiétudes, les attentes et les doutes des auteurs. Nous pouvons échanger sur le processus d’écriture, la façon que chacun a de vivre cette aventure. C’est une question qui me passionne et je crois que c’est en partie pour cela que j’aime autant mon métier.

~~~ ~~~ ~~~

Je remercie Magalie et si vous souhaitez en savoir plus ou faire appel à ses services, je vous conseille vivement à aller sur son site  ICI

A très bientôt,
Sonia


Découvrez également une interview consacré à mes écrits et mon parcours : Témoignage d’une auteure autoéditée

12 juin 2016

"Il était une lettre" de Kathryn Hughes

Chers lecteurs,

Je viens de terminer le premier roman de Kathryn Hughes qui m'a transportée. Ce roman contient deux histoires, deux drames, qui se passent  en Grande-Bretagne et en Irlande. Trente ans séparent ces histoires. 

Kathryn Hughes a une belle plume. Elle sait tenir le lecteur en haleine tout au long du roman. 

Je regrette juste le manque de détails concernant certains passages, comme par exemple, la vie au couvent qui se veut extrêmement dure et la facilité avec laquelle le personnage retrouve la trace de sa mère biologique. Pour moi, il manque de l'intensité et de l'émotion à certains moments. 
Mais c'est tout de même un bon moment avec des écorchés vifs comme j'aime ! 

Il est à souligner également que cette auteure, née à Manchester, a publié son premier roman, "Il était une lettre", en auto édition en 2015.

Il a été numéro 1 des ventes en Grande-Bretagne. 

Découvrez vite le résumé de "Il était une lettre" : 

Une saga bouleversante qui relie deux destins de femmes au coeur brisé. Tina est malheureuse auprès d'un mari trop porté sur la boisson et souvent violent. Le week-end, pour ne pas être à ses côtés, elle se réfugie dans une boutique caritative où elle est vendeuse bénévole. C'est alors que sa vie bascule lorsqu'elle y découvre une lettre dans la poche d'un vieux costume. Cette lettre n'a jamais été ouverte, le timbre n'est pas cacheté et elle date de septembre 1939 : c'est une demande en mariage.
Très émue que la destinataire n'ait jamais reçu cette demande, Tina va mener l'enquête et découvrir l'histoire bouleversante d'un amour impossible... Celui de Chrissie, jeune sage-femme de 17 ans qui tombe éperdument amoureuse du jeune séducteur de son quartier, malgré les réticences de son père, un médecin très strict. La guerre finit par exploser et son grand amour est contraint de partir au front, la laissant enceinte, et seule face à ce secret honteux qui va faire exploser sa cellule familiale.
Pendant que Tina poursuit ses recherches, elle découvre qu'elle aussi est enceinte, mais d'un homme qu'elle n'aime plus. Elle décide d'essayer de retrouver à tout prix Chrissie et son enfant, en espérant ainsi redonner du sens à sa vie.

Pour l'acheter, cliquez sur le lien ICI,

Et vous quel est votre ressenti ?

Bonne lecture et à bientôt,
Sonia




7 juin 2016

Article paru chez "Les livres de Nancy" consacré "A la douleur des sentiments"

 
Chers lecteurs,

En voilà un bel article !
Je voudrais remercier Nancy du blog "Les livres de Nancy" pour cette belle chronique dont voici un extrait :
C'est vrai que je lis assez peu de romance car j'ai tendance à lever les yeux au ciel pour certaine mais là pas du tout. C'est une romance qui n'est pas du tout niaise. C'est une lecture rafraîchissante où on découvre l'histoire des différents personnages au fil des pages.
De plus, les passages érotiques ne sont pas du tout vulgaires et sont très bien placés et servent à faire avancer l'histoire. Ils ne sont pas trop nombreux et n’alourdissent pas du tout l'histoire.

Nancy chronique régulièrement ses lectures sur son blog.

Pour en savoir plus, c'est ICI

Bonne découverte et encore merci à Nancy.

Sonia



3 juin 2016

Monia Boubaker, auteure autoéditée se livre !

Chers lecteurs,

Quelle joie pour moi d'interviewer Monia.
Elle a été l'une de mes premières découvertes en tant qu'auteur autoédité. Elle m'a fait confiance lorsqu'elle a proposé la lecture de sa première nouvelle "Dangereuses apparences" et depuis notre chère Monia a fait du chemin. Après avoir autoéditée son premier roman "L'affaire Bella Rosa - une enquête de Mélina Corneille", j'ai souhaité en savoir plus sur son parcours.



~~~~~~



Monia Boubaker, « L’affaire Bella Rosa, une enquête de Mélina Corneille » est ton premier roman. Comment l’idée ou l’envie est venue de te lancer dans cette incroyable aventure qu’est l’écriture d’un roman ?

C’est réellement après avoir écrit ma nouvelle « Dangereuses apparences », et les avis positifs des lecteurs qui m’ont énormément encouragée, que j’ai eu envie de me lancer dans un écrit plus long, en approfondissant le personnage de Mélina. J’avais très envie de tenter cette nouvelle aventure !

Quels sont tes auteurs préférés ? Y en a-t-il un ou plusieurs qui t’ont inspirée ?

Il y a en a plusieurs : Mary Higgins Clark, Jonathan Kellermann, Michael Connelly, Shamini Flint, Patricia MacDonald, Linwood Barclay, Harlan Coben... Il y a aussi Chitra Banerjee Divakaruni en littérature indienne, qui a réveillé cette envie profonde d’écrire qui était en moi depuis très longtemps, et Michel Bussi, qui a été le déclencheur ! C’est suite à la lecture de « Ne lâche pas ma main » que j’ai énormément aimé et qui a provoqué un vrai déclic, que je me suis véritablement lancée dans le genre que j’affectionne depuis toujours : le roman policier. D’abord dans un concours de nouvelles, avec « Dangereuses apparences », puis avec « L’affaire Bella Rosa ». Tous ces auteurs m’inspirent, jour après jour, lecture après lecture, chacun avec leur propre style. Ce sont des modèles pour moi.

Quelles sont ou qui sont tes inspirations ? 

En premier, je dirais mes voyages. J’en ai fait beaucoup avec ma moitié et c’est vraiment le lieu, sa découverte ; et l’atmosphère qu’il dégage, l’ambiance qui y règne, qui m’inspirent déjà quelques idées d’histoires. Après, il y a bien sûr les personnes que je rencontre, dans la vie de tous les jours ou durant mes voyages. Des personnalités ou situations particulières, des détails comme des habitudes, des manies... Je suis aussi très sensible à ce que dégage chaque personne, ensuite, mon imagination fait le reste... !

Et quel est ton roman préféré ?

Ah ! Très difficile cette question ! Côté polars, « Ne lâche pas ma main » de Michel Bussi, bien évidemment, et puis, restent quand même en très bonne position derrière « L’appel du Coucou » de Robert Galbraith et « Défendre Jacob » de William Landay. Côté littérature indienne, une littérature que j’aime beaucoup, « Ma sœur, mon Amour » de Chitra Banerjee Divakaruni, reste mon grand coup de cœur.

Quelles sont tes méthodes pour écrire ? Prépares-tu tes chapitres ? Tes personnages sont-ils créés en amont ?

J’aime effectivement créer mes personnages en amont, du moins, un minimum. C’est durant l’écriture que les personnages se définissent plus en détail ; finalement, c’est comme si eux et moi, on apprenait à se connaître ! :)
Pour l’histoire, j’écris une sorte de grand résumé (début, indices, rebondissement, fin) puis me prépare un plan constitué de notes ou de post-it qui détaillent les éléments/événements clés, les dates ; c’est à ce moment que je peux vérifier la cohérence de l’histoire, de l’intrigue. Cette ligne directrice établie, je me lance dans l’écriture. Je ne prépare pas mes chapitres, je les crée au fur et à mesure ; je rentre complètement dans l’histoire et me laisse porter par mon inspiration, mon intuition. Pour « L’affaire Bella Rosa », des éléments se sont ajoutés naturellement à différents stades de l’écriture. Je laisse aller ma plume, je ne me sens pas à l’aise avec un plan trop carré.

Sur quels supports travailles-tu ?

Quand j’ai une idée, il faut que je la note dans la seconde ! Alors j’ai un carnet de notes dans mon sac, et s’il n’est pas à portée de main, j’écris sur mon téléphone, sur des post-it, feuilles de papier... La difficulté est donc de regrouper toutes les données ! :)

Je crois savoir tu vis vers la côte bordelaise avec ton amoureux et que tu travailles avec des enfants. Quand et comment t’organises -tu pour écrire ?

Si je note mes idées sur le moment et sur le support que j’ai à portée de main ; pour écrire réellement et me lancer dans une histoire, par contre, j’ai besoin d’être chez moi, au calme, assise dans mon canapé, un mug de thé à proximité :) J’ai la chance de travailler dans une école maternelle, un travail qui me plaît beaucoup et qui en plus me laisse mes mercredis de libres. Alors même si cette journée est particulièrement chargée pour moi, je m’octroie toujours au moins 2 heures pour écrire, que ce soit pour le blog ou pour un projet d’écriture plus personnel comme une nouvelle ou un roman.

Tu as créé également ton site « Ô hasard des mots », que peut-on trouver dedans ? 

Ô hasard des mots est mon blog littéraire ;  j’y présente des livres que j’ai aimés, des créateurs qui réalisent des objets autour du livre (marque-pages, carnets, livres transformés en sacs à main ou encore en sculptures) ; des librairies originales que je découvre au gré de mes balades ou de mes voyages, des interviews d’auteurs... Dans la rubrique « Ma plume », je présente aussi tous mes écrits.

Et la suite Monia ; un autre roman ou nouvelle en tête ? Envie de continuer avec Mélina ou alors de partir sur autre chose ?

En fait, j’ai bien envie de continuer avec Mélina Corneille ! J’ai déjà en tête le lieu de la prochaine histoire, et note actuellement quelques idées d’intrigues. Mais avant de me lancer dans une deuxième enquête, j’attends un peu de voir si ce personnage est apprécié par les lecteurs, et s’ils aimeraient le voir dans une seconde aventure.

Tu es une auteure autoéditée. Ton premier roman est sorti en format numérique via la plateforme d’autoédition Librinova. Pourquoi ce choix ?

Pour ma première nouvelle, j’avais déjà travaillé avec Librinova et j’avais vraiment apprécié la collaboration avec cette équipe passionnée, dévouée et très sympathique. Je suis une grande passionnée, motivée, positive, et je retrouvais tous ces côtés-là dans l’équipe Librinova. Je trouve qu’elle dégage une très belle énergie et je lui fais confiance. Je pense que travailler avec elle est une force.

As-tu envoyé ton manuscrit à des maisons dites classiques ?

Non. En fait, j’y avais pensé lorsque j’ai commencé à écrire ce premier roman, mais j’ai vite mis ça de côté. Je savais que si j’envoyais mon manuscrit à des maisons d’édition classiques, il faudrait attendre de longs mois pour avoir une réponse. J’étais trop impatiente de présenter ce premier roman et j’avais aussi très envie d’avoir les avis des lecteurs. Et puis, comme ma nouvelle au format numérique avait bien fonctionné, et que je vois certains auteurs auto-édités réussir, ça m’a vraiment motivée !

 ~~~~~~

Monia, je te souhaite une très bonne continuation et je suis ravie d'avoir croisé ton chemin au détour d'une lecture. J'attends tes prochains écrits avec impatience !

Pour retrouver la nouvelle et le roman policier de Monia Boubaker, c'est ICI

Excellence découverte et à très vite,
Sonia



2 juin 2016

"Editions Jungle" : devenez auteur avec le concours d'écriture


Devenez auteur avec le grand concours
"Quand j’étais môme, souvenir de notre enfance..."

Chers écrivains,

Participez au grand concours d’écriture lancé par Editions Jungle en partenariat avec Librinova et votre livre d’humour sera publié !

Quel est le principe ? 

Vous avez trois mois pour rédiger un manuscrit d'une cinquantaine de pages. 

Le sujet

Raconter votre meilleur souvenir d'enfance avec humour, tendresse et fraîcheur ! 
Nostalgie et souvenirs seront vos inspirations. Cherchez en vous la Madeleine de Proust pour écrire avec humour tout ce qui vous rappelle l'enfance : les publicités vues à la télévision, les goûters chez Mamie...

Quelques informations 

  • Dates du concours : vous avez jusqu'au 31 août 2016
  • Le manuscrit : une cinquantaine de pages avec un élément par page (une liste, un visuel, un texte rédigé...)
  • Comment participer : soumettez votre manuscrit au format Word à l’adresse mail suivante : concours@librinova.com
  • Résultats du concours : début octobre 2016

Le gros lot

Le grand gagnant sélectionné sera publié par les éditions Jungle au format papier.

Les trois meilleurs manuscrits suivants seront publiés gratuitement en version numérique par Librinova.

POUR EN SAVOIR PLUS






1 juin 2016

#JeudiAutoEdition - le nouvel hashtag qui cartonne


Chers écrivains,
Chers lecteurs,

Le 7 avril 2016, Delphine du blog "Au baazar des livres", aidée de son amie bloggeuse Aurélie du blog "Des livres et moi", ont eu une idée de génie, celle de créer sur twitter le hashtag #JeudiAutoEdition.

Le principe est simple : tous les jeudis, les auteurs autoédités sont mis en avant par les blogueurs qui ont lus et qui vont ou qui ont chroniqué leurs romans.

Rien de bien compliqué en soi, lorsque vous twitter, il suffit juste de mentionner le hashtag #JeudiAutoEdition avant ou après votre texte.

Ex : J'ai lu "La douleur des sentiments" de Sonia Dron @LeschApdesOnia #JeudiAutoEdition

De plus, #JeudiAutoEdition organise des concours chaque semaine pour gagner, par tirage au sort, 3 romans autoédités; Les participants du hashtag sont automatiquement inscrits.

Mais attention, Delphine et Aurélie, sont pros jusqu'au bout ! Elles ont établi un réglement afin de faire régner l'ordre :

1 - On tweete sa lecture en cours si elle est autoéditée en utilisant le #JeudiAutoEdition
2 - On peut également Tweeter des conseils lectures autoédités toujours avec le #JeudiAutoEdition
3 - On ne fait pas de l'auto-promotion avec le #JeudiAutoEdition
4 - On peut RT les tweets qui nous paraissent intéressants, sachant qu'en règle général #JeudiAutoEdition RT tous les partages lecture
5 - Et en partageant votre lecture avec le #JeudiAutoEdition, vous participez automatiquement au tirage au sort pour les livres en jeu.


C'est fastoche non ? C'est gratuit et ça rend service !

Je voudrais remercier Delphine et Aurélie pour cette belle initiative. Au fils des semaines et des jeudis, la twittosphère s'affole et ça fait du bien de se sentir soutenu ! Car en tant qu'auteur indépendant, il n'est pas toujours facile d'être pris au sérieux. De plus, lorsque l'on sait que l'auto promotion est un passage obligatoire. C'est long et fastidieux. 

Pour en savoir plus, vous pouvez toujours lire l'article de Kobo writing life (qui est le blog d'autoédition de Kobo/fnac) qui leur a été consacré : ICI

Et vous, avez vous déjà lu des auteurs indépendants ? Seriez-vous prêts à vous lancer ?
Parlons-en, 

Bonne lecture et à très vite,
Sonia



Tous les textes, nouvelles, articles, chroniques, photos et guides sont la propriété du blog "Les chApitres de sOnia".
Tous ces écrits et photos sont le fruit d'un long travail, c'est pourquoi je vous demanderai de ne pas les copier ni de les diffuser sans mon accord préalable.